Calendrier des événements
A ajouté: |
Actualisation: |
Hijran Aliyeva-Sztrauch

Journaliste, diplômée de la Faculté des Etudes Culturelles (Université de Varsovie), docteur en sociologie et en psychologie de l'Académie Polonaise des Sciences, fondatrice du Centre culturel et d'information de l'Azerbaïdjan en Pologne (2001), présidente de la Maison du Caucase en Pologne. « Rien n'est impossible dans le monde! L'accord entre les peuples du Caucase est une nécessité primordiale pour tous les citoyens de la région. La Maison du Caucase est un passé oublié, un avenir pacifique et un présent laborieux. Donc cela en vaut la chandelle!» 

Chers Lecteurs ! Je lance un appel à ceux qui s'interrogent sur le thème de la création d'une ONG. Je veux partager avec vous ma propre expérience.

J'ai passé ma vie à Varsovie dans un milieu très intéressant. Des études à l'Université de Varsovie, puis à l'École des sciences sociales de l'Académie Polonaise des Sciences m'ont appris à exprimer mes idées sans détour, à mettre en œuvre des projets audacieux et à écouter les conseils de personnes expérimentées.

 

Je suis arrivée en Pologne en 2001. Le choc qui m'accueillit fut énorme. Tout était nouveau pour moi : la vie indépendante des parents, un grand choix dans les boutiques, l'architecture européenne et ... La langue polonaise, que j'ai rapidement maîtrisée. Pendant les deux premières années, j'ai essayé de fréquenter des milieux variés. J'avais tissé des amitiés avec les Biélorusses, les Ukrainiens, avec une fille de la République tchèque et un Hongrois. J'ai essayé de connaître leurs cultures, leurs coutumes et d'apprendre leurs langues. Parfois, on organisait ensemble des soirées et toutes sortes de projets. Après avoir terminé mes études à l'université, j'ai commencé à voyager vers d'autres pays de l'UE et les pays du Caucase. J'ai participé à des conférences internationales, ce qui m'a donné l'occasion d'écouter non seulement des interventions, mais aussi d'exprimer mes opinions. Grâce à Dieu, je n'ai pas de stress en public. Sept ans passés à la télévision azerbaïdjanaise m'ont appris le comportement devant une caméra et un grand auditorium.

Pour revenir à notre sujet, je tiens à souligner que, c'est au cours de mes voyages que l'idée de créer l'organisation "Maison du Caucase en Pologne" a mûrit en moi. Son but est de promouvoir la paix et la prospérité dans ce petit coin du monde. J'ai partagé cette idée avec le Prof. Stanislaw Zapasnik, qui l'a soutenue et a accepté d'être l'un des fondateurs de l'association. Pour créer ce type d'organisation (il y a aussi d'autres formes, par exemple la fondation), il est néces- saire d'avoir le soutien de 15 personnes exprimant le désir de créer une organisation. Qu'est-ce que cela nous apporte ?

Tout d'abord, c'est la légitimité, l'autorité de notre activité !

«La légitimité dans le sens empirique signifie qu'une communauté particulière considère une institution spécifique comme légale et, par conséquent, elle est à l'écoute de celle-ci (C'est-à-dire la loi est respectée, personne ne conteste le pouvoir)».

Il existe plusieurs formes d'auto-organisation : initiatives civiques ; organisations non-gouvernementales ; les mouvements sociaux et le 3e secteur. "L'auto-organisation sociale est une communauté autonome locale qui s'organiser afin de résoudre les problèmes et répondre à ses besoins. L'essence de l'auto-organisation est un mouvement d'en bas dont le but est de travailler pour le bien commun ".

Chaque ONG a son propre statut, qui, entre autres, détermine les objectifs et la portée des activités. "Un statut bien rédigé permettra le bon fonctionnement de l'association. Les statuts doivent également être en conformité avec la loi. S'il est mal écrit, il peut y avoir des problèmes dans l'organisation du travail quotidien ».

Je me souviens d'une époque où je ai commencé à recueillir des documents pour l'inscription de notre association au tribunal. À première vue, la procédure semble difficile et compliquée. Mais j'ai décidé de prendre l'avis d'un avocat professionnel. Combien ça coûte ? Rien ! J'ai consulte l'organisation ONG.pl où j'ai reçu de l'assistance.

Cherchez des avocats gratuits en mesure de vous aider à completer la documentation !

Une bonne collecte des documents permet d'éviter des problèmes d'enregistrement lors du recours au tribunal d'instance. C'est important !

Rappelez-vous que votre organisation, en tant qu'organisme existe légalement dès sa création, et pas à partir de son inscription ! Ce qui compte ici, ce est la volonté des fondateurs.

En fondant l'association, il est utile de rappeler que toutes modifications sur la carte d'identité (carte de séjour temporaire) des responsables de l'organisation, doivent être signalées sur le KRS (Répertoire National des Associations). Par conséquent, si les étrangers ont l'intention de créer une association, il est préférable de demander a des Polonais d'être les fondateurs.

Actuellement, il y a plus de 72 000 associations enregistrées en Pologne. On a l'impression d'une crise du milieu associatif. À mon avis, l'une des raisons est le manque de temps pour mettre en œuvre des projets qui répondent à nos besoins spirituels. Il n'est pas toujours dit qu'on doit obtenir une récompense financière pour la réalisation de notre passion. Notre engagement est souvent bénévole. Je pense que pour mettre sur pied une association, il faut des compétences comme :

1. un talent de gestion
2. une créativité à transmettre à un groupe de personnes;
3. une conviction sincère en ce que l'on fait;
4. la patience et des activités progressives;
5. développement de projets sur des thèmes concrets;
6. la proximité avec d'autres associations qui poursuivent des objectifs similaires;
7. création d'un site web ou pages sur FB;
8. échange d'informations avec d'autres organisations;
9. création d'une liste de mails des personnes qui soutiennent vos objectifs;
10. recherche de financement de l'UE qui en propose des milliers par ans.

Pour exister sur le soit disant marché des organisations, évitez de copier les idées d'autres associations. Cela ne rapporte ni succès ni satisfaction. L'essentiel est d'avoir sa propre conception, d'entreprendre une action collective qui puissent intriguer la société locale et internationale.

Ce qui est intéressant, c'est qu'après 1989 la "construction" d'une société civile " a été confiée à des personnes et organisations formant ce qu'on appelle le troisième secteur. Ces ONG (organisations non-gouvernementales) devaient montrer comment initier les processus démocratiques, impliquer le public et tisser des liens de confiance ". Il semble que les leaders de l'ex-Union soviétique qui se sont retrouvés en Pologne, doivent essayer de tester leurs compétences pour la création d'organisations dans ce pays, pour plus tard profiter de cette expérience et développer la société civile dans leur pays. Puisque « la société civile est capable de fonctionner indépendamment des institutions étatiques. Indépendance ne signifie pas une rivalité entre la société et le pouvoir qui habituellement dirige dans les pays où le système politique est contraire à la volonté de la majorité des citoyens. La caractéristique fondamentale de la société civile est la prise de conscience de ses membres des besoins de la communauté et le désir d'y répondre. Ce qui signifie s'intéresser aux affaires de la société et avoir un sens de la responsabilité du bien-être commun».

Actuellement, notre association "Maison du Caucase en Pologne" réalise son projet le plus important, à savoir la publication de la revue scientifique internationale "Nouveau Prométhée ". Notre organisation a des fans non seulement en Pologne, mais aussi dans les pays du Caucase du Sud et en Europe occidentale. J'espère que dans l'avenir, nous serons en mesure de mettre en œuvre davantage de projets pour concrétiser les objectifs statutaires de notre association.



Laissez un commentaire

Annonces
Actualités
Archives

Projekt ‘MIEJSKI SYSTEM INFORMACYJNY I AKTYWIZACYJNY DLA MIGRANTÓW’ jest współfinansowany z Programu Krajowego Funduszu Azylu, Migracji i Integracji oraz budżetu państwa. Wyłączna odpowiedzialność spoczywa na autorze. Komisja Europejska nie ponosi odpowiedzialności za sposób wykorzystania udostępnionych informacji.

Projekt LOKALNE MIĘDZYSEKTOROWE POLITYKI NA RZECZ INTEGRACJI IMIGRANTÓW realizowany był w ramach programu Obywatele dla Demokracji, finansowanego z Funduszy EOG.

Projekt LOKALNE POLITYKI MIGRACYJNE - MIĘDZYNARODOWA WYMIANA DOŚWIADCZEŃ W ZARZĄDZANIU MIGRACJAMI W MIASTACH był współfinansowany ze środków Unii Europejskiej w ramach Europejskiego Funduszu na rzecz Integracji Obywateli Państw Trzecich oraz budżetu państwa. Wyłączna odpowiedzialność spoczywa na autorze. Komisja Europejska nie ponosi odpowiedzialności za sposób wykorzystania udostępnionych informacji.

Projekt LOKALNE MIĘDZYSEKTOROWE POLITYKI NA RZECZ INTEGRACJI IMIGRANTÓW był współfinansowany ze środków Unii Europejskiej w ramach Europejskiego Funduszu na rzecz Integracji Obywateli Państw Trzecich oraz budżetu państwa. Wyłączna odpowiedzialność spoczywa na autorze. Komisja Europejska nie ponosi odpowiedzialności za sposób wykorzystania udostępnionych informacji.

Projekt ‘WARSZAWSKIE CENTRUM WIELOKULTUROWE’ był współfinansowany ze środków Unii Europejskiej w ramach Europejskiego Funduszu na rzecz Integracji Obywateli Państw Trzecich oraz budżetu państwa. Wyłączna odpowiedzialność spoczywa na autorze. Komisja Europejska nie ponosi odpowiedzialności za sposób wykorzystania udostępnionych informacji.

LOKALNE MIĘDZYSEKTOROWE POLITYKI NA RZECZ INTEGRACJI IMIGRANTÓW Projekt realizowany był przy wsparciu Szwajcarii w ramach szwajcarskiego programu współpracy z nowymi krajami członkowskimi Unii Europejskiej.