Calendrier des événements
A ajouté: |
Actualisation: |
Marija Jakubowycz

Elle a quitte la région de Ternopil en Ukraine pour venir chercher du travail en Pologne en 2001. Un séjour prévu pour trois mois dure déjà 13 ans. Au début elle a eu son baptême du feu: le nettoyage, soins a une malade, garde d'enfants ... Elle a fait un peu de tout! Depuis 8 années Marija traduit le russe et l'ukrainien. En 2009 elle créa la Fondation de Ternopil et s'engagea dans le secteur social et le bénévolat en mettant ses compétences et son expérience au service des Ukrainiens. Parmi les livres dans les bibliothèques et les librairies elle se sent comme un poisson dans l'eau. Lire en compagnie est un rêve qui l'accompagne depuis des années. Elle adore le café turc, les galettes aux graines de pavot, les voyages mais aussi aimerait bien explorer différents coins de l'Ukraine. 

Je quitte le pays ... Que prendre avec soi ?

La fleur ne s'épanouit pas toujours là où elle pousse ...


Je m'en vais ...

Dans la vie, il arrive des moments de changements significatifs d'endroits de notre séjour. Sur l'horizon de l'ouverture des escapades touristiques apparaissent, planifiées ou simple surprise, dans le but de ressentir des émotions et de voir des attractions. Tel est le début d'une nouvelle vie dans un pays étranger. Les circonstances nous obligent à quitter la maison longtemps habitée (chaleureuse et familière) et à construire un nid dans un endroit nouveau et étranger. Que fallait-il laisser et quoi prendre avec soi vers le nouveau monde ? Réfléchissons- y.


 
Certains disent que ce n'est pas du tout facile de laisser tant de choses derrière soi. Ils conseillent de prendre autant que possible, bien sûr dans des limites raisonnables de dépenses. Reprendre une vie à partir de rien peut être une chose merveilleuse, mais si tu n'es pas de famille riche et grand-mère - émigrante de la première génération – n'a pas laissé une maison avec canapés moelleux comme héritage, le début d'une nouvelle vie à l'étranger ne sera pas un confort. Nous ne serons pas en mesure de payer une télé, mixeur, chaussures, chemises, des ustensiles et assiettes. Nous aurons la tête ailleurs, avec d'autres questions plus importantes et prioritaires dans le nouveau pays de résidence comme Sa Sainteté la bureaucratie, permis de séjour, recherche d'emploi, logement, apprentissage de la langue...

Évidemment, tout cela demandera un gros effort financier. Mais est-ce qu'il faut tout immédiatement ? L'émigration est comme une activité économique. Raison pour laquelle il est souhaitable d'avoir un plan d'affaires. Combien vont coûter les nouveaux meubles ? Le nettoyage et l'entretien ? L'alimentation ? Les Jouets et l'inscription scolaire pour un ou deux enfants ? Appareils ménagers et l'ordinateur ? Les ustensiles ? Et quels seront les prix du loyer, l'électricité, le gaz, l'approvisionnement en eau et l'évacuation des eaux usées dans notre nouveau pays de résidence ?

Rappelez-vous : le bon Européen économise ! Et surtout ; il sait compter l'argent et compter sur soi !

En outre, n'oubliez pas le temps. Le temps, c'est de l'argent dont il faut prendre soin et ne pas le gaspiller. C'est ce que vous devez savoir, dès que vous êtes au seuil de l'Europe. Pour ne pas fouiller dans des magasins complètement inconnus, dans des lieux étrangers avec des marchandises de fabricants inconnus, cela vaut la peine de prendre avec soi certaines choses. Je ne pense pas, bien sûr, au sac de sucre ou au baril d'huile. Cependant, en quantité raisonnable, il vaut mieux bien compter, afin de ne pas laisser ou jeter avant le voyage les choses qu'il faudra acheter tout de suite sur place. Il est possible que ce que vous avez comme meubles, équipements électroniques soit solide, de bonne qualité et qu'il serait profitable de charger dans un conteneur pour l'envoyer vers la nouvelle patrie. Les entreprises spécialisées dans le transport international sont nombreuses. C'est bien de sonder le marche, de comparer les options, les possibilités, les coûts. Par exemple, la société TNT n'a pas de conteneurs pour le transport, c'est au client d'en trouver. Maintenant faisons les calculs : 10 kg de livres préférés 10 kg (poids réel) transport terrestre coûte environ 92 € et le voyage vers la Pologne dure 4-5 jours. Bien sûr, on peut réduire le nombre de livres, diminuant ainsi le poids et le coût du transport, mais les dépenses demeurent considérables, donc monsieur tout le monde ne se décide pas à prendre toute sa bibliothèque.

Dans mon cas.

Lorsque j'ai quitte à la hâte et dans le stress l'Ukraine il y a treize ans, c'était pour seulement un mois, peut être même encore moins. Faire de l'argent et revenir. Tout juste améliorer la situation matérielle de la famille, sortir du trou noir d'impuissance. On a une maison et il n'y manque pas de meubles, d'équipement, il y a également un jardin. Tout juste un toit et la stabilité. Mais le toit exige une rénovation, les murs de la peinture, et ce, depuis longtemps. Ce serait bien aussi d'avoir un approvisionnement en eau et l'évacuation des eaux usées. Ceci était irréalisable puisque les revenus instables couvraient à peine la nourriture et l'école pour deux enfants. À un certain moment, j'ai décidé d'aller essayer en Pologne, non loin de Varsovie (500 km) vers laquelle un bus faisait la liaison directe tous les jours. De nombreux transporteurs pouvaient me déposer et ramener devant la maison. Lorsque j'ai eu vent des possibilités de travailler à Varsovie, je me suis décidée de partir. Bien sûr, les craintes, l'anxiété, l'impuissance, l'espoir se sont éveillés. Mais je connaissais la langue, depuis l'enfance, je lisais l'abécédaire, j'avais mes chansons et films polonais préférés, je ressentais ces nostalgiques souvenirs de famille, j'ai lu des centaines de magazines et journaux polonais, je connaissais les mœurs et la culture polonaise dans une large mesure. Je ne devrais pas me sentir étrangère. D'autant plus que je n'avais aucun problème de communication avec les Polonais dans le magasin ou ailleurs.

Pour les livres, j'ai pris à la dernière minute « Réussir » de Michel Quoist, « La purification du corps » de Giennadiy Malachow, « La médecine ayurvédique » de Verma Vinod , du tricotage déjà entamé, un drap brodé – du vieil artisanat sur toile de lin appartenant a maman. Et le désir de travailler, de gagner de l'argent et ne pas perdre du temps précieux.

Je pars plus loin...

Lorsqu'on décide de ne pas prendre trop de choses, on peut les donner, par exemple les meubles aux amis, connaissances, quelqu'un dans le besoin. On peut demander aux amis de garder d'autres choses importantes pour nous, mais dont nous n'avons pas nécessairement besoin dès le début, comme les vêtements de saison, des tableaux et des livres. Ils pourront progressivement, dans de petits emballages nous envoyer ces trésors. Il est encore mieux de tout emballer immédiatement le tout en petits paquets, les marquer et laisser une liste d'envois réguliers – pour ne pas recevoir l'hiver des bottes de printemps.

Il y a aussi une autre option - organiser la vente d'appareils ménagers, des meubles et d'autres choses. S'il y a encore assez de temps avant le voyage. Il est tout à fait possible de tout transformer en argent, et d'acheter les choses nécessaires au lieu d'attendre un conteneur qui peut prendre un certain temps avant d'arriver à destination.

Quoi qu'il en soit, n'oublie pas d'acheter des autocollants pour clavier avec des lettres ukrainiennes, ainsi des médicaments de base, parce que même si l'Europe est proche, les médicaments peuvent varier pas seulement par étiquettes.

Une amie qui a déménagé au Portugal, m'a dit qu'en raison d'un changement significatif du climat et un style complètement différent d'habillement, la majorité des vêtements apportée n'a servi a rien pendant les deux premières années. Elle achetait les habits dans les magasins de seconde main ou au bazar. " Nous avons pris quelques ustensiles, cependant, et ça ne valait pas la peine, parce que tout peut être acheté sur place, à peu de frais. Vous pouvez compter sur le premier paiement et ensuite acheter les choses nécessaires. Les cosmétiques se sont également avérés inopportuns au climat donc on a tout jeté ".

Des amis sur Facebook ayant déménagé vers la Pologne, ont partagé leurs impressions : " on avait pris deux deux valises, un sac à dos avec un ordinateur portable, une cage avec un chaton. L'une des valises était vraiment inutile - linge de lit, serviettes, pyjamas – pas la peine de prendre tout ça. Nous étions inquiets que d'avoir pas assez d'argent, et il s'est avéré moins cher d'acheter en Pologne, que de payer le transport des valises. Nous avons dû payer un excès de bagage. Nous n'avions pas d'épargne et mon mari a reçu son salaire deux semaines après notre arrivée et on a tout acheté successivement".

À quoi sert de prendre un conteneur pour les vieilleries ? Je pense que c'est inutile. La télé, on peut la regarder sur Internet, de même écouter de la musique, des livres aussi sont déjà sous forme électronique.

Les bonnes gens conseillent de ne pas attendre le dernier moment pour les formalités administratives, parce qu'on peut obtenir des mandats qui gâchent la bonne humeur. Il faut penser à l'utilité des cartes de crédit et simplement s'en débarrasser.

Tout dépend aussi du comment la famille déménage. Chez un couple sans enfant, c'est évidemment plus facile - au début on peut faire sans la nourriture « fait-maison ». Sur le net, les jeunes filles se vantent souvent de voyager tout juste avec le passeport, les cosmétiques et une lingerie. Par contre, une famille avec enfants doit sérieusement penser aux bagages avant de déménager. Prendre soin des petites choses comme un album photo, les souvenirs chers au cœur, des cadeaux de personnes aimées. Les croyants ne doivent pas oublier les choses liées à leur religion comme le livre de prières, les bougies de baptême, l'eau bénite, etc.

La question principale pour ceux qui quittent est de savoir si commencer une nouvelle vie et couper le cordon ombilical de la vie précédente. Où maintenir des relations avec la patrie, par exemple en gardant une serviette brodée – une œuvre de sa maman, le sucrier de la grand-mère.; où verser parfois des larmes nostalgiques sur de jolies choses proches au cœur ?

Existe-t-il vraiment une formule universelle ? Sincèrement non. Chacun décidera de ce qu'il faut garder, de quoi se souvenir, ce qui est juste un fardeau dans la valise.

Les auteurs: deux Ukrainiennes

texte note, traduit et commente par Marija Jakubowycz

 

 

Autorki – dwie Ukrainki

Zapisała, przetłumaczyła i skomentowała – Marija Jakubowycz


Laissez un commentaire

Annonces
Actualités
Archives

Projekt ‘MIEJSKI SYSTEM INFORMACYJNY I AKTYWIZACYJNY DLA MIGRANTÓW’ jest współfinansowany z Programu Krajowego Funduszu Azylu, Migracji i Integracji oraz budżetu państwa. Wyłączna odpowiedzialność spoczywa na autorze. Komisja Europejska nie ponosi odpowiedzialności za sposób wykorzystania udostępnionych informacji.

Projekt LOKALNE MIĘDZYSEKTOROWE POLITYKI NA RZECZ INTEGRACJI IMIGRANTÓW realizowany był w ramach programu Obywatele dla Demokracji, finansowanego z Funduszy EOG.

Projekt LOKALNE POLITYKI MIGRACYJNE - MIĘDZYNARODOWA WYMIANA DOŚWIADCZEŃ W ZARZĄDZANIU MIGRACJAMI W MIASTACH był współfinansowany ze środków Unii Europejskiej w ramach Europejskiego Funduszu na rzecz Integracji Obywateli Państw Trzecich oraz budżetu państwa. Wyłączna odpowiedzialność spoczywa na autorze. Komisja Europejska nie ponosi odpowiedzialności za sposób wykorzystania udostępnionych informacji.

Projekt LOKALNE MIĘDZYSEKTOROWE POLITYKI NA RZECZ INTEGRACJI IMIGRANTÓW był współfinansowany ze środków Unii Europejskiej w ramach Europejskiego Funduszu na rzecz Integracji Obywateli Państw Trzecich oraz budżetu państwa. Wyłączna odpowiedzialność spoczywa na autorze. Komisja Europejska nie ponosi odpowiedzialności za sposób wykorzystania udostępnionych informacji.

Projekt ‘WARSZAWSKIE CENTRUM WIELOKULTUROWE’ był współfinansowany ze środków Unii Europejskiej w ramach Europejskiego Funduszu na rzecz Integracji Obywateli Państw Trzecich oraz budżetu państwa. Wyłączna odpowiedzialność spoczywa na autorze. Komisja Europejska nie ponosi odpowiedzialności za sposób wykorzystania udostępnionych informacji.

LOKALNE MIĘDZYSEKTOROWE POLITYKI NA RZECZ INTEGRACJI IMIGRANTÓW Projekt realizowany był przy wsparciu Szwajcarii w ramach szwajcarskiego programu współpracy z nowymi krajami członkowskimi Unii Europejskiej.